d

Alienum phaedrum torquatos
nec eu, vis detraxit periculis ex,
nihil expetendis in mei.

contact
neva@office.com
+456933336454
2606 Saints Alley
Tampa, FL 33602
Follow Us

Votre avocatier « maison »

Votre avocatier « maison »

Faire pousser un avocat, c’est non seulement assez facile mais ça permet surtout d’avoir une jolie plante gratuitement et de ne pas jeter les noyaux à la poubelle. Attention par contre, une fois que vous aurez compris la technique et ce qui fonctionne chez vous, vous risquez d’y prendre goût !

Je vous propose deux techniques différentes, à tester en fonction de vos réussites et de vos échecs. 

A savoir avant de faire germer un noyau d’avocat

1 – Le noyau peut mettre plusieurs semaines à pousser. Sans connaître réellement les raisons, chez moi, certains noyaux ont germé en 15 jours, quand d’autres ont mis près de 3 mois ! Parfois, il est bon d’oublier un peu ses plantes pour les laisser vous surprendre.

2 – Comme toute technique de germination, elle donnera de meilleures résultats au printemps/été, lorsque les températures sont plus élevées et l’ensoleillement plus important. En dessous de 20°C, ce sera mission impossible…

3 – Veillez à mettre le noyau dans le bon sens, la pointe vers le haut. La racine sortira en bas et la pousse, future plante de l’avocatier, par le haut. Parfois, elles sortent simultanément, parfois l’une après l’autre, ça n’aura pas d’incidence sur la pousse. 

4 – Si vous réussissez à obtenir une plante, n’oubliez pas de lui apporter les soins nécessaires. Un avocatier pousse dans un climat plus chaud et humide que chez nous, il n’apprécie pas du tout l’air sec de nos intérieurs, notamment en hiver. Vous pouvez le mettre sans problème en extérieur, en veillant à le protégeant lors des gelées hivernales.

Technique 1 : la germination dans l’eau

Au préalable, nettoyez bien votre noyau (vous pouvez même le faire tremper 24h dans l’eau), puis laissez le sécher complètement, 24h minimum.

Déposez ensuite votre noyau les fesses dans un petit verre d’eau ! Le côté pointu doit être en haut et vous pouvez faire tenir votre noyau avec des allumettes si besoin.

Installez le noyau dans un endroit lumineux et chaud, veillez à changer l’eau si elle se trouble et à en rajouter si elle s’évapore. La base du noyau doit toujours être immergée dans l’eau afin de pouvoir gerner.

Et on patiente !

Technique 2 : la germination en terre

En cas de noyau récalcitrant, n’hésitez pas à tester cette deuxième méthode qui donne de très bons résultats !

Après avoir nettoyé votre noyau, plantez le à moitié dans un petit pot de terreau universel (ou spécial plantes vertes). Comme dans l’eau, le côté pointu est vers le haut, en dehors de la terre. 

Installez ensuite votre pot dans un endroit lumineux et chaud, en veillant à arroser régulièrement, sans excès pour ne pas le faire pourrir. 

Cette technique prends parfois plus de temps mais si vous gardez toujours la terre légèrement humide, elle fonctionne très bien. 

Astuce : si vous avez commencé avec la première technique sans résultat au bout du plusieurs semaines, transférez le noyau en terre !

Et ensuite ?

Vous pouvez planter votre noyau germé, une fois qu’il a deux petites pousses et qu’il atteint au moins 10 cm. Si vous avez réalisé la deuxième technique, changez simplement le pot pour un diamètre un peu plus grand et un peu de nouveau terreau. 

Pour le planter, c’est simple : choisissez un pot assez profond (mais pas forcément très large). Faites un trou dans la terre pour y déposer la racine. Il peut s’enrouler, ce n’est pas grave, il prendra sa place tout seul. La base du noyau doit ensuite être recouverte de terre pour ne laisser sortir que le dessus avec la tige. 

Les premières semaines, veillez à le mettre dans un endroit très lumineux et de toujours garder la terre humide (sans la noyer!). N’hésitez pas à le vaporiser d’eau pendant l’hiver ou à le sortir si ses feuilles brunissent.

Quand il aura développé plusieurs feuilles, veillez à le pincer pour qu’il fasse des ramifications et qu’il s’épaississe : il suffit de couper la petite tête de feuilles tout en haut (elle est généralement au milieu de deux grandes feuilles).

Attention, faire germer ses noyaux d’avocat devient vite addictif !